Gaston LeNôtre | Collège universitaire dominicain
Gaston LeNotre

Gaston LeNôtre

Professor, Faculté de philosophie
T 613-233-5696 x335
gaston.lenotre@udominicaine.ca
Bureau : 335

Les gens disent souvent que «nous sommes la somme de nos expériences». Je ne crois pas que ça soit vrai parce que nous sommes un tout, pas une somme. Nos collections d'expériences ne sont qu'une partie des tous, nous ne sommes donc pas une somme. Je pense plutôt que nos expériences contribuent à former notre caractère moral et intellectuel. On peut décider comment réagir à nos expériences. Nous pouvons décider comment les laisser nous influencer.

Mon premier contact formel avec la philosophie a eu lieu au cours de mon premier semestre à l'université dans un cours intitulé «Philosophie de la nature humaine». Nous avons abordé la nature humaine à travers les écrits de Platon, Thomas d’Aquin, Sartre et d'autres. Je n'ai jamais parfaitement compris chaque auteur, mais j'ai toujours trouvé que ça valait la peine de creuser – un peu comme la lecture dans une langue ancienne. En tant qu'étudiant de premier cycle, j'ai suivi des cours supérieures car j'ai apprécié ce type d'archéologie.

L'Université catholique d'Amérique à Washington, DC, où j'ai achevé mes études supérieures en 2017, s’interesse à l'histoire de la philosophie. Je me suis concentré dans ma thèse et mon doctorat sur la métaphysique de Thomas d'Aquin. Thomas d'Aquin était avant tout un théologien, mais c'était un théologien qui savait que nos pouvoirs de raisonnement pourraient aboutir à des vérités. Il a donc trouvé utile de se tourner vers la philosophie pour faire des éclaircissements, des distinctions et des arguments sur la situation actuelle. Je pense que nous pouvons tirer beaucoup de sagesse humaine de Thomas d'Aquin et d'autres auteurs de la fin du moyen Âge, car ils prenaient souvent au sérieux les arguments des générations précédentes avant de suggérer les leurs.

Ma thèse doctorale explore l'intersection du langage, de la logique et de la métaphysique chez Thomas d'Aquin. Outre la philosophie médiévale, je m'intéresse à la philosophie ancienne, à la métaphysique, à la logique, à la métaphysique, et à la philosophie du langage.

“‘In the Human Heart’: A Premodern Philosophy of Race and Racism in Thomas Aquinas,” forthcoming in Proceedings of the American Catholic Philosophical Association: Philosophy, Catholicism, and Public Life.

Review of Porro, Pasquale. Thomas Aquinas: A Historical and Philosophical Profile. Translated by Joseph G. Trabbic & Roger W. Nutt. (Washington, D.C.: The Catholic University of America Press, 2016), Philosophy in Review 38.4 (2018).

Review of Panaccio, Claude. Mental Language: From Plato to William of Ockham. Translated by Joshua P. Hochschild and Meredith K. Ziebart. Series: Texts and Studies in Medieval Philosophy (New York: Fordham University Press, 2017), for Logos & Episteme 9.1 (2018).

Review of Lessius, Leonardus. On Sale, Securities, and Insurance. Translated by Wim Decock and Nicholas De Sutter. Sources in Early Modern Economics, Ethics, and Law (Grand Rapids, MI: Christian's Library Press, 2016), for American Catholic Philosophical Quarterly 92.2 (2018).

Contributor to The New Catholic Encyclopedia Supplement 2012–13: Ethics and Philosophy. Eds. Robert L. Fastiggi, Joseph W. Koterski, Trevor Lipscombe, Victor Salas, Brendan Sweetman. 4 vols. Detroit: Gale, 2013.  “Esse est percipi” (II:490); “Abstract Particulars” (IV:1156); “Amphiboly” (IV:1159); “Modus Tollens” (IV:1186–1187); “Nonbeing and Nothing” (IV:1187); “Post Hoc, Ergo Propter Hoc” (IV:1190); “Reductio ad absurdum” (IV:1198); “Square of Opposition” (IV: 1200–1201).