Maxime Allard o.p. | Collège universitaire dominicain
Maxime Allard o.p.

Maxime Allard o.p.

Président, Faculté de philosophie, Faculté de théologie
T 613-233-5696 poste 319
president@udominicaine.ca
Bureau : 319

Jeune, je rêvais à la politique et à la diplomatie, je suis devenu professeur de philosophie! Je songeais alors aux conditions de la paix et de la justice, aux discours qui soutiennent ou qui entravent les entreprises de justice et de paix entre les individus et les groupes… et je me suis plongé dans les discours philosophiques occidentaux sur ces questions, de Platon à Derrida, toujours en conservant un œil sur l’approche et les options de Thomas d’Aquin. Mais cela n’a pas été que réflexion et spéculation. J’ai été plongé au cœur de ces enjeux en enseignant la philosophie en Afrique du Sud à la fin du régime de l’apartheid puis au Rwanda et au Burundi dans des périodes tragiques de l’histoire de ces pays. Depuis, je retrouve ces enjeux toujours pressants au Canada… et jusque dans les arcanes de ce qu’on appelle du nom malheureux d’économie du savoir.

Au fil des ans, de mes études de philosophie et de théologie au Collège universitaire dominicain, à l’Université d’Ottawa et à l’Université Laval, grâce à la préparation de cours, de séminaires, de conférences et de discussions avec des étudiants, des étudiantes et des collègues, j’ai creusé divers aspects de l’anthropologie philosophique, de la philosophie sociale et politique, de la philosophie de la religion, de l’herméneutique et de la rhétorique. J’explorais ces sentiers afin de toujours mieux m’équiper pour décrire, analyser, comprendre ainsi que pour mieux aider les étudiants et les étudiantes à formuler leurs questionnements philosophiques.

Depuis quelques années, j’ai resserré mes champs de recherche. Mieux, je travaille aux points d’intersection de ces champs philosophiques en prenant, comme porte d’entrée l’analyse rhétorique des discours, passions et pratiques liés aux interactions sociales et politiques et aux impacts de ce qu’on appelle le « religieux ». Des textes signés « Thomas d’Aquin » continuent à croiser ceux de l’École de Francfort, de Boltanski et Perelman et d’Aristote ainsi que les conversations intenses, dans divers milieux, sur ces questions.

En marge de ces recherches, un de mes passions demeure le XVIIe siècle et les philosophies de Descartes, Malebranche et Spinoza. Cela remonte à mes premières années en philosophie. Je suis fidèle à ces textes, à leurs problématiques et à leurs présences – fantomatique parfois – dans les discussions actuelles. Je prends plaisir à initier les étudiants et étudiantes à ces manières stimulantes de pensée et d’écrire qui ont tant marqué la modernité.

Je suis fermement convaincu de l’utilité des études et réflexions philosophiques comme source de joie et comme aide pour vivre de manière juste dans la société actuelle.

Cours enseignés dans le passé:
  • Approches contemporaines des textes de Thomas D’Aquin / Contemporary Readings of Thomas Aquinas (séminaire)
  • Déconstructions du « christianisme » ? / Deconstructions of "Christianity"? (séminaire)
  • Passions, Emotions, Ethics (séminaire)
  • Rhétorique et philosophie: Relire perelman aujourd'hui (séminaire)

 

 

 

Pour les étudiants actuels

 

 

Livres et ouvrage co-édités

« L’impossible disparition de l’écriture de ‘dieu’ chez Renan », dans Composer avec la mort de Dieu. Littérature et athéisme au XIXe siècle, P. Thériault, J.-J. Hamm (éds.), Québec, Presses de l’Université Laval, 2014, p. 175- 200.

J.-F. Simard et M. Allard (éd.), « La «Révolution coopérative». Un jalon d’histoire de la pensée sociale au Québec. Notes de cours sur la philosophie de la coopération du Père Georges-Henri Lévesque, o.p., (Collection « Sociologie contemporaine »), Québec, Presses de l’Université Laval, 2013, 284p.

M. Allard, D. Couture et J.-G. Nadeau, Pratiques et constructions du corps en christianisme. Actes du 42ième congrès de Société canadienne de théologie, Montréal, Fides, coll. « Héritage et Projet », 2009.

Que rendrai-je au Seigneur? Aborder la religion par l’éthique, Paris et Montréal, Éditions du Cerf et Médiaspaul ; coll. « Cogitatio fidei » 239, 2004, 616p.

 

Articles dans des revues à comité de lecture

« Regard renouvelé sur les vertus cardinales », dans Prêtre et Pasteur, 2014.

G. Jobin, A.-C. Guyon, M. Allard, d. Caenepeel, J. Cherblanc, J. Lessard, N. Vornax, « Wie Spiritualität in Palliative Care Verstanden wird. Eine systemische Analyse », Spiritual Care, 1 (2013), p. 17-26.

« De la possibilité d'entendre du "spirituel" en fin de vie », dans G. JOBIN, J. M. CHARRON, M. NYABENDA (éds.), Spiritualités et biomédecine : enjeux d’une intégra-tion, Québec, Presses de l’Université Laval, 2013, p. 3-20.

« Écrire le ‘Présent’ à Communauté chrétienne en 1962 », dans Science et Esprit, 64\1 (2012), p. 59-77.

Entrées « Vulnérabilité », « Solidarité » et « Religion », dans L. Lemoine, E. Gaziaux, E. Müller (dirs.) Dictionnaire encyclopédique d’éthique chrétienne, Paris, Cerf, 2012.

« Passeurs de frontières (du) théologico-politique(s) » dans Sociologie et Société, 40\2, 2010, p. 17-42.

Recension de G. Boradori, Philosophy in a time of terror. Dialogues with Jürgen Habermas and Jacques Derrida, (Chicago-London, University of Chicago Press, 2003), dans Science et Esprit, 56 (2004), pp. 229-230.