Blog | Page 26 | Collège universitaire dominicain

Blog - Blogue

  • A Little Culture Shock

    vendredi 20 juin 2014
    Louis Roy O.P.

    Multiculturalism

    While I was living in England, doing my doctoral studies at the University of Cambridge, I had a little, amusing, culture shock. At the seminar in philosophy of religion, one of the ‘postgraduate’ students (as the British call them) or, more frequently, a professor, would make a presentation of not more than twenty minutes. Thereupon a long discussion would follow.

    After a while, I noticed a remarkable discrepancy between two basic attitudes among the presenters. The British scholars were offering their ideas with (faked?) modesty, suggesting that what they submitted was rather unoriginal, hardly worth saying, most likely to be flawed. Their voice was neutral and subdued. In contrast, the North-American scholars would speak with (faked?) enthusiasm, implying they were sharing with their audience one of the biggest philosophical discoveries of the twentieth century, namely their own discovery! Their voice sounded loud and self-confident.

    After the presentation, the convenor would say, with excessive gratitude: “Thank you, thank you very much indeed!” And the convenor would continue: “May I ask the first question?” That question virtually always amounted to a strong blow against the presenter’s thesis. Thereafter each of the other scholars, mostly British, added their own blows.

    One day, as I was witnessing, for a second or third time, the succession of such attacks (oh, exquisitely polite, among gentlemen, and yet very tough), a vivid image struck me, as if displayed on an imaginary screen: I saw a huge ship being progressively scuttled by little submarines and slowly sinking. I’m sure my brilliant readers are understanding that the huge ship stood for the presenter’s thesis, and that the little submarines stood for the objections voiced by those who participated in the seminar.

    Now, can you guess what insight I received from that vivid image? Well, suddenly I found myself in the presence of two cultures poles apart. First, the British culture, centuries-old, which had come across an enormous amount of so-called bright, new ideas, and had turned rather sceptical. And second, the North-American culture, youthful, perhaps credulous at times, which gets excited with the new – always better than the old, of course!

    What did I resolve to do after having experienced this little, amusing, culture shock? As a Canadian, I wanted to integrate both attitudes: being capable of welcoming as well as of criticizing new ideas. Then I thought of Paul Ricoeur’s program: combining the hermeneutics of suspicion with the hermeneutics of recovery.

     

  • Éthique de la vie universitaire

    mardi 04 mars 2014
    Maxime Allard O.P.

    Depuis près de deux semaines, impossible de ne pas entendre parler des Olympiques!  Depuis deux semaines, dans les médias, de jeunes hommes et femmes jouent – ce sont des « jeux » olympiques après tout – ensemble. Ils s’y sont préparés pendant des années. Commentateurs et spectateurs louent la discipline, les efforts, les sacrifices requis de ces jeunes. Ils signalent le dévouement et l’engagement des entraîneurs et ne taisent pas le soutien moral et financier nécessaires pour rendre possible les performances qui nous éblouissent.

    Depuis près de deux semaines, je suis tenté de comparer ces « disciplines » olympiques avec la vie intellectuelle. Soyez rassurés, je ne suis pas intéressé à transformer classes ou facultés en lieux de compétitions d’élites!

    Comment insuffler – sur le long terme – aux étudiants, aux étudiantes  et aux professeurs ce goût pour une vie intellectuelle disciplinée, soutenue par le dévouement des uns envers les autres? Comment faire apprécier qu’être disciple, qu’être discipliné est essentiel à l’apprentissage et à la recherche? Comment le faire pour introduire à la joie de ce que rend possible le raffinement des concepts, le perfectionnement des arguments? Comment, en un certain sens, promouvoir les « performances» intellectuelles témoignant de ce que peuvent devenir des hommes et des femmes plongés dans une vie d’étude?

    Je pose la question du « comment ? ». Je pourrais tout aussi bien poser celle du « pourquoi? »!  Pourquoi serait-il approprié de penser la vie intellectuelle, dans sa version scolaire ou non, comme un entraînement, comme une discipline? Pour le plaisir d’apprendre? Pour la satisfaction produite par  l’accomplissement d’un parcours menant à de la contemplation de la vérité?

    Pourquoi ces questions? Parce que, me semble-t-il, ce plaisir de la discipline en vue du perfectionnement n’est guère goûté autant qu’il pourrait l’être! Parce que, toujours à partir de ce que je vois, la routine s’installe rapidement, la satisfaction du minimum est dotée de charmes tentateurs et envoûtants, l’engagement dans l’apprentissage intellectuel est déclassé au profit de la pensée toute fait, l’expression de l’opinion cède le pas à l’argumentation réfléchie. Parce que le diplôme devient une médaille, un trophée à exposer, l’occasion pour certains acteurs économiques ou politiques de transformée les capacités reconnues de la personne diplômée en machine à faire de l’argent!

    Pourquoi ces questions? Parce que, il importe de l’avouer, il existe dans les milieux universitaires, des hommes et des femmes dévoués à entraîner les jeunes et à les soutenir dans leur quête de savoir et de vérité. Parce que –  le rappel n’en est pas vain – des étudiants, des professeurs et des chercheurs s’adonnent à cette discipline sans autre but que de parvenir à offrir au monde quelques nouvelles bribes de connaissances qui pourront améliorer l’expérience de leurs frères et sœurs en humanité.

    Pourquoi ces questions? Parce qu’il ne me semble pas évident de leur apporter une réponse toute faite! Parce que je crois qu’il importe de revoir les manières d’envisager la motivation, le soutien des efforts pédagogiques et des processus d’apprentissage à l’Université! Enfin, parce que je crois que la philosophie et la théologie, parmi les disciplines universitaires, sont des pratiques intellectuelles possédant une riche histoire d’enseignements, d’intuitions et de voies à explorer à nouveaux frais aujourd’hui!

    Ces pistes, je m’efforcerai de les parcourir et de vous en faire part régulièrement dans les prochaines livraisons de ce blog!

     

S'abonner à